Linux c’est la diversité

A présent j’utilise Arch linux, une distribution non axée grand public car elle nécessite des connaissances préalables pour pouvoir bien s’en servir. Cette distribution possède la particularité d’être constamment mise à jour, c’est une rolling release: quand il y a une nouvelle version d’un logiciel, celle-ci est rapidement disponible sur la distribution. Pas besoin d’attendre la nouvelle version du système d’exploitation, comme c’est le cas pour Ubuntu par exemple. Pour être plus précis, Ubuntu toujours par exemple, met à jour également ses logiciels pour une version données, la différence est qu’Arch linux mettra également à jour les logiciels au coeur du système comme KDE, Gnome ou le kernel. Pas besoin d’attendre longtemps pour profiter des dernières nouveautés. Vous trouverez plus d’information sur le site d’Archlinux.

Dire qu’on utilise linux ça ne veut rien dire de spécial sur l’expérience utilisateur de la personne, à part que cette dernière souffre (ou pas). C’est comme dire « j’utilise un ordinateur », c’est bien mais on ne sais pas si c’est un PC ou un MAC, on ne peut pas savoir ce que la personne vit au quotidien et à quoi elle est habituée.

Sur linux, il y a ce que l’on appelle un environnement de bureau, et celui-ci est associé à un gestionnaire de fenêtres: le Window Manager. L’environnement de bureau est le logiciel le plus important puisque c’est lui qui va principalement déterminer l’expérience utilisateur. Les principaux sont Gnome et KDE, en moindre mesure Xfce qui est très léger (et Enlightenment qui en est à ses débuts).

Ainsi, un utilisateur déçu de linux n’est peut-être déçu en réalité seulement de l’environnement de bureau, et ce sera vraiment dommage pour lui de ne pas en essayer un autre. Mais il ne faut pas oublier qu’une distribution personnalise l’environnement de bureau, le patch, ce qui signifie qu’une distribution peut embellir un environnement de bureau, ou au contraire le saboter comme pour Kubuntu (version KDE d’Ubuntu, ce dernier est Gnome).

Sur linux toujours, il y a ce que l’on appelle l’organisation et le fonctionnement du système: d’une distribution à l’autre, c’est différent. Il y a des points communs heureusement, mais il y aussi des différences importantes. Je ne peux pas toutes les citer, mais ce qui impacte l’utilisation au quotidien c’est le gestionnaire de paquets (et les paquets disponibles), et la manière dont les services sont gérés. Si une distribution est dérivée d’une autre distribution, elle hérite en général toute sont organisation et fonctionnement, c’est le cas d’Ubuntu qui dérive de Debian.

Comme une distribution est parfois dédiée à un seul environnement de bureau, affirmer que l’on utilise telle ou telle distribution permet généralement de savoir ce qu’une personne utilise vraiment à condition de connaître un peu la distribution. Mais ce n’est pas toujours le cas, par exemple pour Archlinux, on peut choisir l’environnement de bureau que l’on souhaite, même en installer plusieurs.

A toutes ces différences, on ajoute le noyau, qui évolue rapidement sous linux. Pour résumer c’est la partie critique du système puisqu’elle gére l’accès aux ressources.

Pour ma part, j’utilise KDE sous Archlinux et j’en suis content en règle général. Et si je ne le suis pas, je vais me plaindre car ce n’est pas parce que c’est gratuit que l’on doit se taire. Parce que ceci est l’argument le plus pourri qui puisse exister pour justifier les bugs et mettre fin à un débat…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :